s Trauer-Ode – Collegium Vocale Gent

Directeur artistique
PHILIPPE HERREWEGHE

09/12/2020 — 20:00
deSingel | Antwerpen | BE
Johann Sebastian Bach [1685–1750]

Cantate BWV 8 “Liebster Gott, wenn werd ich sterben”
Cantate BWV 198 “Lass Fürstin, lass noch einen Strahl” (Trauer-Ode)

Miriam Feuersinger soprano
Alex Potter countertenor
Guy Cutting tenor
Peter Kooij bass

Collegium Vocale Gent choir & orchestra
Philippe Herreweghe conductor

Complet


Plus de concerts


Trauer-Ode

Au milieu de son travail intense en tant que Thomas Cantor, Jean-Sébastien Bach a étonnamment trouvé le temps de composer une grande quantité de musique occasionnelle. Contrairement à ce que le terme suggère, elle est souvent d’une qualité exceptionnelle. Cela s’applique, par exemple, à la cantate BWV198 “Lass, Fürstin, lass noch einen Strahl”. Il s’agit d’un adieu musical obsédant, écrit en octobre 1727 pour les funérailles de la princesse saxonne Christiane Eberhardine. Une contemplation sur l’éphémère versus l’éternel. Pour Bach, la mort n’est pas du tout un événement triste, mais plutôt la raison d’un désir passionné et d’une joie apaisée.

Ce “Todessehnsucht” est également le thème de la cantate piétiste “Liebster Gott, wenn werd ich sterben”. L’histoire du jeune homme de Naïm, fils unique d’une veuve, qui a été ressuscité des morts par Jésus, est interprétée de manière allégorique. Tous les croyants peuvent s’attendre à ce que le Christ réveille leur âme à la vie éternelle après leur mort. Ils peuvent donc attendre avec confiance cette mort et même l’accueillir comme une étape nécessaire qui les rapproche de la vie éternelle.